Les maladresses à éviter sur les réseaux sociaux – Agence OR-COM

Cela fait désormais 14 ans que le fameux Facebook s’est immiscé dans nos vies pour devenir une plate-forme de référence, tant en matière de communication personnelle que professionnelle. De son côté, Twitter conglobe les nouveaux abonnés depuis mars 2006. C’est sans parler de Snapchat, de Linkedin et d’Instagram, des réseaux sociaux spécialisés qui se différencient par leur sphère et le public qu’ils visent.

Impossible pour une entreprise de notre ère de ne pas détenir un compte professionnel. En effet, les social networks sont source de crédibilité, de notoriété et créent une proximité entre les prospects et la société.

Si créer un compte se révèle être chose aisée, l’administrer au quotidien, multiplier les abonnés, optimiser les ventes et accroître la confiance des prospects nécessitent des connaissances préalables. En effet, nombreux sont les community manager en herbe à se lancer dans l’aventure social networks sans connaître les règles de base. Les erreurs sont, de facto, fréquentes, et requièrent un temps conséquent pour les rattraper et pour repartir du bon pied.

Non, l’utilisation des réseaux sociaux n’est pas chose innée. Le community management est un métier à part entière qui nécessite l’acquisition de savoir-faire et de compétences nouvelles. Avant de choisir, de créer et de poster son contenu, il est essentiel de prendre connaissance des erreurs à éviter.

1ère erreur : n’avoir aucune stratégie

Le concept des social networks : poster régulièrement du contenu pour intéresser les abonnés et les amener à acheter les produits proposés par l’entreprise. Toutefois, il ne suffit pas de publier du contenu pour arriver à ses fins. En effet, il faut mettre au point une réelle stratégie de communication avec un déroulé et des objectifs.

S’il est nécessaire de miser sur l’originalité pour se différencier de ses concurrents, il est tout aussi important de garder en tête que le contenu publié aura, dans la majeure partie des cas, déjà été utilisé par une autre entreprise / personne auparavant. D’où l’importance de mettre au point une stratégie réfléchie.

Pour convertir ses abonnés en clients, il faut, en premier lieu, leur faire prendre conscience d’un problème. Il peut s’agir d’un impact environnemental, d’un manque de moyens dans un certain secteur, etc. Évidemment, le problème « valorisé » dépend de l’activité de l’entreprise et des produits / services proposés. Ce problème est, bien souvent, résolu, grâce au produit / service en question. L’étape suivante consiste à créer des documents uniques à forte valeur ajoutée pour que l’abonné puisse continuer à se documenter sur le problème souligné. Les documents peuvent se traduire par des livres blancs, des formations, des rapports… Il est également recommandé de proposer au prospect des enquêtes, des bons de réductions, des sondages… De façon à l’intéresser de façon ludique et à recueillir des informations quant à ses souhaits et ses envies en matière de produit. L’étape finale d’une bonne stratégie social networks consiste à transformer les leads en clients et à fidéliser les consommateurs-acheteurs. Pour ce faire, il est recommandé de mettre en place des démonstrations, des événements, des formations… De rendre facilement accessibles des témoignages et des avis d’acheteurs précédents, etc.

Ne pas miser sur le multicanal

Le réflexe premier du community manager en herbe : être présent sur un maximum de réseaux sociaux pour toucher un aussi grand nombre de prospects que possible. Et c’est là sa seconde grande erreur ! En effet, à l’inverse de ce que nous aurions tendance à penser, il est fortement déconseillé de miser sur tous les réseaux sociaux. Pourquoi ? Car, à chaque produit / service son réseau social. Alors que les entreprises visuelles et créatives auront tout intérêt à être présentes sur le fameux Instagram, il est avisé aux sociétés digitales de communiquer leurs actualités via Twitter. Toutefois, Facebook demeure le grand incontournable, même si celui-ci se révèle plus adapté à certaines entreprises qu’à d’autres.

Miser sur deux social networks, tout au plus, permet de cibler correctement ses prospects et de concentrer son temps et son énergie sur des clients potentiels qui ont un maximum de chances de se transformer en clients réels et fidèles.

Se disperser sur trop de plates-formes amène le community manager à bâcler son travail et à minimiser son efficacité.

Aussi, se concentrer sur un, voire deux, réseaux sociaux laisse au community manager le temps nécessaire pour apprendre à connaître les prospects, leurs envies et leurs intérêts.

Omettre le côté humain

Les consommateurs fuient de plus en plus la publicité ; publicité sous laquelle ils croulent depuis de nombreuses années déjà. Dans ce contexte, il devient particulièrement difficile pour les entreprises de s’adresser à leurs consommateurs. Alors, comment faire ? La solution réside dans la manière de communiquer et d’échanger avec les prospects. La communication des années 2000 déplaît aux consommateurs, car elle omet l’humain et favorise la promotion du produit. Ainsi, il est nécessaire de s’adapter et d’employer des techniques appropriées telles que le storytelling. « Le storytelling ?! Quésaco ? ». Il est ici question d’une méthode marketing qui consiste à raconter une histoire aux prospects. Le produit / service est intégré à l’histoire contée à travers la publicité. Le storytelling se traduit, dans la majeure partie des cas, par des mini-films de quelques minutes. C’est là le moyen le plus efficace de notre ère de toucher efficacement sa communauté d’abonnés. Ces histoires font appel aux sentiments des consommateurs, à l’aspect ludique de la publicité. Le but du storytelling : communiquer de façon divertissante en prenant en compte les envies et les désirs de son public cible.

L’automatisation permanente

C’est un fait : administrer ses comptes réseaux sociaux prend du temps. Qui plus est, c’est une activité particulièrement chronophage. C’est pourquoi de nombreux community managers optent pour l’automatisation des posts. Le principe : publier simultanément ses publications sur plusieurs réseaux sociaux. Si cette solution est perçue comme pratique, il faut savoir qu’elle peut grandement impacter la crédibilité de l’entreprise et, de facto, le nombre d’abonnés. L’automatisation permet de dupliquer une même publication sur plusieurs social networks. Pour peu qu’un abonné suive tous les comptes de la société, celui-ci verra plusieurs fois la même publication. Pas très professionnel, vous en conviendrez. Qui plus est, l’automatisation ne permet pas de personnaliser chaque post en fonction du réseau auquel il est destiné. Le message écrit par le community manager est, donc, le même. Il est hautement recommandé de customiser ses publications en fonction du réseau social, car le type d’abonnés varie en fonction de la plate-forme sur laquelle on se trouve.

Aussi, il est possible d’automatiser les messages / réponses envoyés aux abonnés. Là encore, mauvaise idée. Les internautes finiront par découvrir le pot aux roses et ne feront plus confiance à l’entreprise. Ainsi, maximisez votre présence sur vos réseaux sociaux. Prenez le temps de personnaliser les messages et d’ajouter de la valeur aux postes publiés.

Évidemment, il est possible d’automatiser ses posts de temps en temps sans à avoir peur des impacts. Toutefois, il ne faut pas en abuser !

Poster les mêmes publications sur différents réseaux sociaux

Nous vous le disions précédemment : le public varie en fonction du réseau social sur lequel on se trouve. Ses envies de contenu changent d’une plate-forme à l’autre. C’est pourquoi il est fortement déconseillé de poster les mêmes publications sur ses différents comptes. Dans le cas inverse, le nombre d’abonnés risque, bel et bien, de fondre comme neige au soleil.

Il faut garder en tête à qui et à quoi se destinent les multiples social networks :

    • Pinterest compte 68 % de femmes et 70 millions d’utilisateurs actifs. Le réseau social est source de nombreuses opportunités pour les entreprises de décoration, en lien avec les bébés, la cuisine, la mode et les mariages. Pinterest est utilisé par les internautes dans le but de découvrir des choses nouvelles.
    • Twitter consiste à communiquer des informations, des actualités de façon courte et concise. Le public des USA est le plus touché et le plus concerné par Twitter. Au total, le réseau compte 560 millions d’utilisateurs actifs.
    • Le leader des réseaux sociaux se destine, entre autres, aux entreprises qui souhaitent communiquer auprès de leurs prospects de façon discrète et non-invasive. Côté chiffres, la plate-forme comptabilise 1 milliard d’utilisateurs et 2,5 milliards de postes partagés par jour.
    • Les utilisateurs du social network sont invités à partager des photos et des courtes vidéos. Les hashtags permettent aux entreprises de faire découvrir rapidement et facilement leurs produits. La plate-forme comptabilise 150 millions d’utilisateurs.

Parler uniquement de soi

Le réflexe d’un grand nombre de community managers : partager uniquement du contenu en rapport avec l’entreprise qu’ils servent. Ici encore, grossière erreur. En effet, les abonnés ont besoin de variété et de changement. Publier seulement des posts en relation avec la société elle-même risque d’ennuyer les abonnés rapidement. C’est pourquoi il ne faut pas avoir peur de piocher du contenu dans les autres pages et de le partager. Quitte à faire la promotion d’un produit qui n’est pas le sien. Les internautes auront alors accès à une diversité de posts. Ils verront également que l’entreprise que vous représentez est tournée vers le monde et vers les autres. Témoignez de votre ouverture d’esprit en publiant du contenu différent du vôtre.

Aussi, pensez à partager du contenu utile. Les abonnés cherchent des informations à valeur ajoutée qui leur serviront dans leur vie de tous les jours. À cette fin, il est recommandé de se mettre à la curation de contenu. Le principe ? Faire de la vieille en vue de trouver et de publier les vidéos et données les plus importantes, influentes, intéressantes du web. Toutefois, veillez à ne pas vous disperser et partagez uniquement du contenu en rapport, de près ou de loin, avec votre secteur d’activité.

Mal définir son audience cible

Se lancer sur les réseaux sociaux nécessite la définition d’une stratégie. Pour ce faire, il est indispensable de définir, en premier lieu, le public auquel on s’adresse. Quel âge a-t-il ? Quels sont ses centres d’intérêt ? Que recherche-t-il ? Etc.. Dans le cas inverse, les publications et investissements réalisés ne seront que pertes de temps et d’argent. Pour séduire sa cible, il est indispensable de savoir à qui nous nous adressons. Cela peut paraître évident, mais les community managers sont encore nombreux à poster du contenu au hasard, en fonction de leurs préférences personnelles, et non relativement à leurs clients potentiels.

Éviter Facebook Ads

La publicité Facebook et les outils payants mis à disposition par la plate-forme font de plus en plus parler d’eux. Toutefois, les entreprises et les community managers sont, aujourd’hui, encore très peu nombreux à s’en servir. La raison : le prix. En effet, ces solutions de promotion ont un coût. C’est pour cela que les firmes préfèrent miser uniquement sur la portée organique (naturelle) de leurs posts. C’est la dernière erreur des sociétés. En effet, s’il y a un support publicitaire à privilégier à notre ère, c’est bien Facebook. Nous l’avons vu précédemment : le réseau social compte plus d’un milliard d’utilisateurs. Les internautes abonnés passent, en moyenne, 28 % de leur temps sur les réseaux sociaux. Chaque minute, ce sont plus de quatre millions de publications, de photos, de statuts et de commentaires qui sont « Likés » par les utilisateurs. En faut-il davantage ?

À savoir que les portées organiques des posts Facebook sont actuellement en forte baisse. En effet, la plate-forme a décidé de réduire la visibilité des entreprises dans le fil d’actualité des internautes. Aussi, seul 0,5% des abonnés d’une page voit les publications gratuites d’une entreprise.

Facebook Ads permet d’élargir le nombre de personnes touchées par les publications des entreprises. Le ciblage réalisé par le mastodonte des social networks est des plus impressionnants. Celui-ci prend en compte la zone géographique de ses utilisateurs, leur sexe, leur âge, leurs centres d’intérêt et d’autres données communiquées à Facebook par l’utilisateur lui-même.

Mais ce n’est pas tout. En effet, Facebook cible également en fonction des comportements d’achat et des événements importants ayant lieu dans la vie de ses abonnés. De quoi toucher des prospects chauds à coup sûr.

Vous souhaitez vous lancer dans une stratégie de communication réseaux sociaux ? Mais vous ne savez pas par où commencer ? Pourquoi ne pas vous tourner vers l’agence OR-COM. Située à Venelles dans le Vaucluse, non loin de Petruis et de Manosque, l’agence est composée d’une équipe compétente et expérimentée qui met son savoir-faire au profit de ses clients au quotidien, pour les aider à atteindre leurs cibles et leurs objectifs.

Anaïs – Chargée de projet Web