Impressions textiles : quelle technique de marquage choisir ? – Or-Com

Pour apposer sa marque, pour customiser des vêtements professionnels ou encore pour créer un nouveau produit…

L’impression textile a de nombreuses utilités. Il en est de même des techniques composantes qui se révèlent être tout aussi variées.

Broderie, sérigraphie, flexographie… Les méthodes se multiplient au même rythme que le développement des technologies, offrant ainsi une panoplie toujours plus grande de techniques d’impression textile.

Toutefois, chaque méthode a ses spécificités. Aussi, il s’avère nécessaire de prendre connaissance des différentes techniques d’impression pour obtenir le résultat désiré.

Marquage textile : zoom sur les techniques de marquage

Chaque méthode de marquage répond à des envies et à des besoins bien différents. Prendre le temps de se renseigner sur chaque technique permet de garantir le rendu. C’est aussi là le meilleur moyen de ne pas se tromper dans son choix.

1 – La broderie

La broderie se révèle être la plus ancienne des techniques de marquage. Celle-ci a fait ses preuves à travers les époques. Son grand âge fait d’elle la méthode de marquage la plus noble et la plus distinguée.

Un produit brodé est synonyme de qualité et reflète une image soignée.
Les avantages de la broderie sont nombreux.

Tout d’abord, il faut savoir que celle-ci est quasi indestructible. En effet, le tissu sur lequel la broderie a été réalisée s’abîmera bien avant le marquage. Aussi, la broderie ne craint pas les lavages en machine.

Entièrement composé de polyester, le fil peut être lavé à des températures particulièrement élevées.

La broderie s’avère être le marquage le plus qualitatif, toutefois, celui-ci est source de quelques contraintes.

En effet, il faudra investir dans un tissu de qualité pour s’assurer d’un résultat net et dénué de tout défaut. Aussi, le design et son détail ne peuvent être inférieurs à 5 mm. Finalement, il est fortement déconseillé de faire de la broderie sur des textiles fins.

Ainsi, la broderie se révèle être la meilleure des techniques de marquage pour les designs mesurant plus de 0,5 cm. Celle-ci se destine à celles et ceux souhaitant véhiculer une image généreuse et distinguée par le biais de leurs produits.

2 – La sérigraphie

Moins coûteuse que la broderie, la sérigraphie est la technique de marquage la plus utilisée au monde. Son prix de revient se révèle bien plus compétitif que celui de la broderie.

Toutefois, elle ne se destine pas, pour autant, aux budgets plus modestes, car les impressions en sérigraphie sont, bien souvent, soumises à des volumes quantitatifs minimaux. Il faudra, de manière générale, commander 15 pièces.
Si la sérigraphie est moins coûteuse que la broderie, il faut savoir que le nombre de couleurs et les possibilités sont, eux aussi, revus à la baisse. À savoir que les prix varient en fonction du nombre de couleurs désirées.

Aussi, il se révélera impossible d’obtenir des designs en dégradé.
Néanmoins, la taille de l’impression n’a pas d’influence sur le coût final de la prestation, à l’inverse de la broderie.

3 – Le transfert sérigraphique

À la différence de la sérigraphie, le motif n’est pas directement imprimé sur le textile. En effet, le design sera imprimé sur un film transfert avant d’être apposé sur le tissu.
Un autre élément qui différencie la sérigraphie du transfert : l’impression de photographies. Alors qu’il s’avère impossible d’imprimer une photo sur un textile par le biais de la sérigraphie, la méthode par transfert, elle, le permet.

Les possibilités de personnalisation sont bien plus importantes.
Ici encore, il faudra, de manière générale, commander une quinzaine d’articles.

Le dégradé n’est, pas non plus, envisageable. Le transfert sérigraphique est recommandé pour les textiles fixés sur des supports qui ne sont pas plats, tels que les casquettes. Le résultat et sa qualité sont, dans ce cas de figure, garantis.

4 – La flexographie

La flexographie est une technique d’impression encore mal connue du grand public. Pourtant, elle entre de plus en plus en concurrence avec les méthodes d’impression conventionnelles.

Le principe : une plaque souple portant le motif est mise en contact avec le support. Les caractères se doivent d’être en relief.
La flexographie offre de très bons résultats.

Autre avantage : à l’inverse de la sérigraphie et du transfert sérigraphique, les professionnels n’exigent pas de volume minimal pour prendre la commande en charge. Aussi, la flexographie offre beaucoup plus de possibilités que ses deux homologues dernièrement cités.

5 – La sublimation

L’impression par sublimation est une méthode innovante qui consiste à imprimer le motif sur un papier transfert avant d’être apposé sur le matériau final. Le design est transféré à chaud sur le textile.

Les températures élevées utilisées combinées à une forte pression transforment les encres à sublimation en gaz avant d’imprégner le support. Le motif se solidifie alors dans les fibres. La qualité du dessin ne s’altère pas au gré des lavages en machine.

Les avantages de la sublimation : il s’agit d’une technique d’impression écologique. Les émissions de vapeurs ainsi que la teneur en CO² sont des plus faibles. La qualité du résultat est garantie grâce au faible taux de sédimentation de la méthode qui minimise les défauts d’uniformité des différentes teintes. Aussi, les coûts de production s’avèrent des plus intéressants.

Les impressions ne sont pas, non plus, contraintes par le type de textile sélectionné, à l’inverse de la broderie. La sublimation convient parfaitement aux produits 100 % polyester blanc.

L’impression textile se compose de nombreuses techniques qui répondent à différents besoins et envies. Que vous vous trouviez à Aix-en-Provence, à Marseille, dans le Vaucluse ou ailleurs dans les Bouches-du-Rhône, n’hésitez pas à nous contacter pour soumettre vos questions et/ou pour être guidé vers un professionnel compétent.

Anaïs – Chargée de projet Web

Agence web Martigues